Alors ce 2015, il est bon ou il est pas bon?

Bonjour à tous et désolé pour ce long silence.

 

Depuis quelques semaines maintenant nous attendons les commentaires et les notes des journalistes du monde entier suite à la campagne primeurs 2015.

 

Parmi ces critiques, certains sont connus, d’autres beaucoup moins. Peu importe, on a toujours envie d’être tout en haut, surtout quand il s’agit d’un millésime exceptionnel.

 

Globalement, 2015 à Moulin Haut-Laroque c’est le plus grand millésime jamais réalisé… mieux que 2009 ou 2010… mais ça il ne faut pas trop le dire pour l’instant… laissons parler les journalistes à notre place. Dire à quel point les grands sont géants et les petits sont légèrement moins petits que d’habitude… peu importe les rendements, les efforts, la réalité…

 

Comme chaque année, la pression monte à l’approche des premiers résultats. Vous vous souvenez de votre oral de français au lycée, de votre entretien d’embauche, etc.? Ce sentiment terrible d’impuissance qui s’empare de vous au moment de l’annonce de la note? Cette peur de se planter alors qu’on est absolument serein de nos capacités à obtenir 20/20? Cette angoisse ultime d’être le seul à être recalé! C’est un peu ce qui se passe pour nous en 2015, en 2014, en 2013, …

 

Evidemment, vous avez toujours un professeur qui vous aime bien mais qu’il est tout de même facile de décevoir. Un autre qui ne vous aime pas trop… et qui va préférer celui qui n’a jamais travaillé mais avec qui le « feeling » passe mieux. Un autre qui préfère le voisin sans que vous ne compreniez vraiment pourquoi. Un autre qui vous trouve un peu trop beau, voir plus beau que le type qui, contrairement à vous, sort avec toutes les filles de la classe… Bref, ce n’est pas la roulette russe mais ça y ressemble…

 

Alors ce 2015 par la presse, ça donne quoi?

 

La grande déception est l’absence de commentaire de Wine Spectator. James Molesworth n’a pas daigné nous noter pour l’instant… dommage, c’est le prof qui nous trouve très beau normalement.

Jean-Marc Quarin aurait voulu plus… il l’aura après la mise en bouteilles, c’est promis!

Quant aux autres, ça peut aller même si on s’attendait à mieux.

 

Voici donc les premiers résultats:

 

Jancis Robinson – 16,5/20 : « Mild and slightly rustic on the nose. But nicely polished on the palate. Succulent finish. Very long. Bravo! »

 

Decanter (JL) – 91 points : « Bright and complex aromas of ripe Cabernet and Malbec as well as Merlot. Plenty of lift and tension as well as supple fruit. Tannins finely honed. Builds to a long, persistent finish. Fine ageing potential. »

 

James Suckling – 91-92 points : « A very structured and pretty Fronsac with dark berry and chocolate and walnut aromas and flavors. Full and chewy. » 

 

René Gabriel – 17/20 : « Sattes Purpur-Granat, dicht in der Mitte, lila Schimmer aussen. Tiefgründiges Bouquet, er zeigt im ersten Ansatz irgendwie mehr Tiefe wie Frucht. Im Gaumen barock, gut stützende Tannine, man spürt das Potential, aber irgendwie fehlt da (noch) der Aromendruck. Kann er noch zulegen? » 

 

Perswijn – **** : « Kersen en vanille, puur en sappig, fris, fijne zuren en perfecte tannine »

 

Jean-Marc Quarin – 89 points

 

Notre cher Robert Parker ne notera pas 2015 ni même les millésimes passés et à venir. C’est la fin d’une longue histoire d’amour/haine entre l’irremplaçable et plus influent des critiques et Bordeaux. Un grand merci à lui d’avoir osé mettre d’excellentes notes à certains vins d’Expression de Fronsac, parfois meilleures que celles de marques excessivement distribuées (donc très connues).  Merci!

 

A très bientôt!

 

Thomas

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

*
*
*

© Château Moulin Haut-Laroque. 2018 Mentions légales. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.